Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/08/2010

Les élections inutiles de la Belgique

albert2-paola.jpgCela fait deux mois que les Belges ont voté et qu'ils n'ont toujours pas de gouvernement. Ce constat permet de tirer deux leçons. Les élections ne servent à rien et les partis poltiques non plus. En Belgique, en tous les cas.

Les élections ne servent à rien parce que ceux qui les remportent demendent l'avis de ceux qui les ont perdues pour former un gouvernment. A quoi bon voter dans ce cas ? Les politiques ne servent à rien puisque la Belgique tourne depuis deux mois sans gouvernement issu des élections.

Les Belges ont voté et ont désigné les nationalistes flamands et les socialistes wallons pour diriger le pays. Ils ont donc renvoyé les autres à leurs études. Ces derniers - s'ils étaient démocrates et respectueux de la décision issue des urnes - devraient d'eux mêmes refuser de s'immiscer dans la désignation du gouvernement et les partis majoritaires - s'ils sont incapables de se débrouiller seuls - ne devraient plus se présenter aux élections.


Il faut cesser de parler de négociations.

Où a-t-on appris qu'on négocie après des élections ?

C'est remettre en cause le résultat des élections.

L'élection a abouti au mariage de la carpe et du lapin à l'issue de dizaines d'anénes d'attermoiements centriste. Le résultat montre clairement que le peuple belge demande plus d'autonomie pour la Flandre (et donc pour la Wallonie et Bruxelles, avec toutes les conséquences que cela induit pour les Flamands à déménager leurs institutions de la Région capitale) et plus de politique sociale (y compris en Flandres). Il n'y a rien d'incompatible en cela. Ces élections expriment la lassitude des Belges au discours libéral qui ne répond pas à leur attente, sinon à défendre les intérêts de la partie la plus fortunée d'entre eux à laquelle la grande majorité des Belges n'appartient pas (qu'ils soient Flamands ou Wallons).

Les libéraux ont démontré qu'ils ne font pas de la politique, mais seulement des affaires. Avec un succès mitigé comme Fortis l'a montré. Ils ne savent pas prendre de décision puisqu'ils ne pensent qu'à négocier, pendant des jours, des semaines, des années, pour satisfaire la rapacité et l'égoïsme des plus aisés (souvenons-nous des cris des actionnaires de Fortis qui se moquaient du sort des salariés de la banque). Et les problèmes demeurent. Si les socialistes et les nationalsites s'y mettent, quelle différence avec les libéraux ?

Il faut donc titer les conclusions de ces élections. Les Belges sont fatigués des tractations et des négociations d'arrière boutiques. Ils veulent que la Belgique soit un état fédéral avec une autonomie marquée et respectée des régions, lesquelle assurent aux populations une politique sociale en rupture avec l'idéologie libérale qu'ils ont rejetée.

Alors, cher Elio Di Ruppo, vous vous enfermez dans votre bureau avec Bert de Wever et formerz rapidement un gouvernement pour mettre cela en oeuvre. Ou alors, la prochaine fois, il faudra prendre des vacances et oublier la politique.

Heureusement qu'il y a un roi en Belgique. L'actualité montre que les partis politiques militant pour la suppression de la monarchie sont incapables à former un gouvernement quand la Belgique dirige l'Union européenne (ce truc qui représente 500 millions d'habitants se trouvant à Bruxelles à côté des institutions falmandes en représentant 6). Sans le roi, la Belgique serait un pays fantôme.

Les commentaires sont fermés.