Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/04/2010

Le marketing du fast thinking d'Onfray

Sarkozy Onfray.jpgLa Libre Belgique se fourvoye dans le non-débat de la non-culture française à propos du dernier opus de Michel Onfary, "copier-coller" du maître BHL relégué à paraphraser des philosophes fictifs. Le Time s'était interrogé sur la mort de la culture française, ces deux auteurs en sont l'illustration. Si tant est que ces auteurs soulèvent des questions, la manière dont ils traitent le sujet manque de rigueur et leur lecture est ennuyeuse. Au point de s'interroger s'il est utile (ou possible) de les lire, la substance de leur oeuvre semblant se limiter à la stratégie de communication qui leur assure le succès, non pas d'être lu ou compris, mais de vendre un livre, comme on vent un bibelot. Il suffit donc de lire les réclames pour savoir de quoi il en retourne, le reste étant perte de temps et ennui profond auxquels quelques courageux s'aventurent quand même, tentant malgré tout de répondre et démontrer de façon surabondante l'imposture intellectuelle d'une posture du paraître, consacrée aujourd'hui comme un mode de vie et de gouvernement.

gericault_le_radeau_de_la_meduse_1919.jpgLa France n'est plus qu'un radeau en donnant de l'importance à ceux qui ne le méritent pas et en négligeant les gens sérieux qui savent faire briller l'intelligence. Ces derniers sont d'ailleurs contraints d'aller le faire à l'étranger tant l'inertie de la médiocrité semble s'être installée profondément dans l'élite courtisane qui désespère l'opinion. La France fait fuir ses ressortissants et expulse ceux qui ont le mauvais goût d'insister à vouloir s'y installer. C'est le règne du vide qui s'impose petit à petit. Onfray et BHL sont les thuriféraire de la superficalité.

bhl2.jpgLe fascisme, c'est aussi l'ignorance. Il faut s'interroger si la promotion de tels auteurs ne contribue pas à plomber le débat démocratique et le détourner pendant que l'Etat de droit subit des atteintes par la disparition des libertés fondamentales. BHL et Onfray entretiennent le laminoir intellectuel, chloroformant l'esprit critique par de vaines réflexions et le détournant des vrais problèmes. Sous le prétexte de dénoncer un opium du peuple ils en sont les promoteurs les plus efficaces.

Il serait mieux venu d'un grand quotidien francophone de faire briller ceux qui le méritent plutôt que d'être le go-between d'une maison d'édition indigente comme Grasset l'est en publiant n'importe quoi. Il serait bon de témoigner plus de rigueur dans l'éloge des maîtres de cérémonie du cortège funèbre d'une culture française qui nsemble réservée qu'à des spécialistes.

Après avoir déboulonné Dieu, dynamité Freud, Onfray va logiquement expliquer comment Copernic avait tort ou nous révélé qu'il na pas existé... avant de s'occuper de Darwin, d'Einstein, de Marx...

Onfray mieux de ne pas trop perdre de temps.

Commentaires

J'ai peur que prononcer la mort de la culture française (surtout en s'appuyant sur ce concentré d'intelligence qu'est le Times !!) après avoir vaguement navigué sur quelques polémiques germanopratines ne donne une mauvaise opinion que de l'auteur des ces lignes, pas de la France.

Instruisez-vous, lisez, regardez les programmes des concerts du Festival Présences, réclamez à votre libraire autre chose que ce qu'il expose en rayon, faites un tour aux expositions de Grand Palais, écoutez les conférences du Collège de France, et vous verrez qu'aux esprits curieux les trésors sont disponibles.

Cela dit, tout votre texte n'est qu'un petit couinement d'aigreur contre la France. Raisonner ne sert à rien quand le fondement des propos de votre interlocuteur est soit une petite xénophobie de fabrication courante, soit (si vous êtes français) le tronc commun de la haine de soi que l'on croise aujourd'hui dans tous les bistros.

Sur un blog catholique, de surcroît. Ce n'est pas contraire à votre religion, le racisme ?

Réponse au commentaire :

Vous avez la liberté d'assumer vos appréciations.

Écrit par : Jean | 05/05/2010

Les commentaires sont fermés.