Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/04/2010

France Télécom : un entretien entre un ancien salarié et un médecin psychiatre

Font le Bret.jpgUn médecin psychiatre spécialiste de la souffrance au travail et un ancien salarié de France Télécom, sociologue offrent un livre d'entretien éclairant sur le processus de destruction de la main d'oeuvre. La justice a décidé d'ouvrir une procédure sur les 32 suicides que la société française de télécommunication a connu en quelques mois., et dont le mobile est à chercher dans une mauvaise gestion plutôt que dans la vie privée des salariés. La question dépasse cette seule entreprise. Le docteur Hirigoyen écrivait il y a plusieurs années quele harcèlement moral est quatre fois supérieur dans l'administration que dans le privé. L'Etat français est le premier à produire de la précarité, à détruire des compétences et à peser sur les comptes publics par ce gaspillage et ce mépris de l'humain. Le pays des droits de l'homme est malade. Heureusement qu'il reste des femmes courageuses et qu'elles soient médecin psychiatre pour prouver que ce pays n'est pas fou. "Pendant qu'ils comptent les morts" est un livre utile pour mesurer la dangerosité de la logique financière qui n'épargne aucun pays. Ce n'est pas parce qu'on n'en parle pas en Belgique que cela n'y existe pas.

Commentaires

bravo pour cet article : je m'intéresse de près à la saga France Télécom. Vous ne pouvez savoir comme vous pouvez être juste en parlant de combats de femmes.
J'ai lu le premier livre de MF Hirigoyen, c'est elle qui m'a amené sur ce chemin... Le harcèlement moral est pratiqué dans tous pays et tous styles d'entreprises. Si l'on peut comprendre qu'un patron d'une petite entreprise qui possède à lui tout seul le capital de la société peut se comporter comme un tyran, c'est plus difficile quand il s'agit de grosses sociétés dans lesquels les dirigeants sont des salariés, eux aussi. Je ne savais pas que ce livre était écrit par deux femmes.

Je trouve un peu prématuré de tirer des leçons de toute cette histoire, et qu'il ne faut pas faire trop preuve d'opportunisme. En effet, il y a encore beaucoup de combats.
Et la justice doit faire son oeuvre.
Je suis moi-même en combat contre mon employeur, les victimes qui se battent sont des femmes.. les Présidents de bureau de jugement qui m'ont aidée sont des femmes. Et quand je suis passée à un tribunal constitué entièrement d'hommes, je me suis fait déboutée. Je m'aperçois aussi que les hommes sont moins vaillants, moins courageux, moins hasardeux. Et dans ce combat, il ne faut pas hésiter à prendre des risques.
Attention de ne pas faire de ségrégation entre personnel du privé et du public. Les salariés du privé sont vite licenciés, donc confrontés aux conséquences d'une perte d'emploi quand ils se sont pris du plomb dans l'aile.. pour les fonctionnaires, le problème, c'est les "notations", la carrière à gérer.. l'impossibilité de démissionner (pas d'indemnisation sociale... ils perdent tout, même d'après certains éventuellement leurs droits à la retraite).

Écrit par : Ava | 19/04/2010

Les commentaires sont fermés.