Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/12/2009

La Guinée, son or, sa dictature, ses victimes.

Il y a un pays très riche dont la population vit dans la misère, la corruption et sous le joug d'une violence aveugle : la Guinée. Des Guinéens fuient  en Europe réclamer l'asile et le statut de réfugiés. Ils fuient une dictature sanglante illégitime parce que violente. Les Africains sont sacrifiés au profit des marchands d'armes servant à les massacrer ou des clients de matières premières. Le consommateur européen ne doit pas seulement regarder le prix sur l'étiquette mais aussi s'inquiéter de la composition de l'encre. C'est l'intérêt d'initiatives comme OXFAM. Il n'y a pas qu'en Chine (qui soutient la Guinée) que le consommateur sert d'excuse aux profits capitialistiques. Les responsables des massacres de civils - un ministre a été vu sur les lieux - ont commis des crimes relevant de la compétence de la cour pénale internationale. L'Europe, en signant des accords de pêche en violation des droits de l'homme, cautionne les exactions en Afrique. Elle ne peut cautionner les dictatures au nom de la souveraineté ou de ses intérêts. C'est contraire aux critères de Copenhague. Le fascisme commence par l'indifférence.

Commentaires

Qui sème le vent récolte la tempête.
Dadis a été trahi par ses hommes de main.
Si mêmes eux n'en veulent plus...
http://www.courrierinternational.com/article/2009/12/08/refermons-la-parenthese-dadis-camara

Réponse au commentaire :

Il n'y a pas à se réjouir d'une telle violence.

La presse se livre unanimement à une critique en règle de l'ancien chef putschiste maintenant qu'il est hors d'état de nuire.

http://news.google.be/news/search?aq=0z&pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=dadis+camara&oq=dadis

Cela contraste avec la retenue qui précédait l'attentat.

Ainsi l'article de l'Express qui n'a jamais brillé dans la dénonciation du scandale de la misère africaine et de la collusion de la Françafrique.

A-t-on lu l'Express dénoncer le régime guinéen au moment de la visite du secrétaire d'Etat Alain Joyandet à Daddis, fin novembre ?

Il se permet maintenant une liberté de ton à la limite de la correction pour critiquer un chef putschiste alors qu'il n'avait pas émis de grande protestation sur le sort du peuple guinéen jusqu'alors.

Un tel journalisme à crier avec les loups ou danser autour d'une tombe est petit. L'Etre persienne lui a laissé un commentaire sur son site :

"Il aurait été intéressant que vous portiez les mêmes propos critique contre chef de la junte quand il était en poste.
Ce serait bien de faire la même chose pour tous les gouvernements fascistes qui maltraitent les populations civiles avec lesquels les pays occidentaux et la Chine se livrent à une concurrence d'obséquiosité sirupeuse pour leur rafler leurs ressources nécessaires au gaspillage des fêtes de Noêl qui s'annoncent. Que ce soit la Chine ou le libéralisme économique, tout finit sur les rayon de la même grande distribution. Business first.
Seulement voilà, quand un hebdomadaire appartient au grand capital, il ne peut pas forcément proposer une telle lecture. En revanche tirer sur une ambulance qui ne risque plus de profiter à ses actionnaires, ça, c'est possible."

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/en-guinee-l-heure-de-l-apres-dadis-a-sonne_834410.html

Écrit par : Matubongo | 08/12/2009

Les commentaires sont fermés.