Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/04/2009

Fortis, une vérité plus complexe

Un petit commentaire s'impose...


Les actionnaires invitent Messieurs Reynders et Prot à débattre de la vente de Fortis à la BNP. RTL TV et la RTBF sont prêtes à ouvrir leur antenne à un tel débat.

Il serait préférable de discuter des idées avant de voter, plutôt qu'après. La démocratie commande à ce que l'on aille voter en connaissance de cause.

La classe poltique soutiendra-t-elle cette idée de débat au nom de ce même souci de vérité et de préservation du bien commun dont elle se réclamait lors de la protestation contre le pape ? L'initiative venait de quel parti encore ?

L'initiative des actionnaires est méritoire. Elle paraît cependant tardive, à quelques jours du vote. N'avaient-ils pas les moyens de lancer leur invitation un peu plus tôt ? On ne connaît d'ailleurs pas leur arguments. Les ont-ils donné à Messeirus Reynders et Prot ? La position de Déminor est assez déroutante. D'abord d'accord avec le nouvel accord, elle revient sur son analyse.

Quoiqu'il en soit, Fortis aura coûté de l'argent au contribuable et continuera de lui en coûter.

Il serait plus juste de dire salariés plutôt que contribuables, les rentiers ne payant pas d'impôt, ou presque. Ceux qui étaient exclus de la banque Fortis - parce qu'ils n'avaient pas assez d'économies - payent pour sauver les économies de ceux qui placeaient leur argent chez Fortis et qui ne supporteront pas le coût de son sauvetage.

Si le salarié contribuable belge passe pour le dindon de la farce, la BNP aussi. Que serait devenue Fortis sans l'adossement de la banque à sa consoeur française et l'injection de liquidités ?

Il y a quelque chose d'indécent à dire que, maintenant que tout va bien, on n'a plus besoin d'elle. A un détail près. Il y a eu un contrat de signé et des prestations de fournies. Qui payera les indemnités en cas de rupture de contrat ? Le contribuable salarié ? Encore une fois ?

Les salariés de Fortis réfléchiront aussi sur la part qu'ils ont tenu dans le débat. Elle n'est pas très importante.

Cette histoire est lamentable à deux titres.

Elle donne l'impression d'une part qu'il y a deux Belgiques, au-delà de la question linguistique.

Il y a une Belgique des rentiers et celle des salariés. Qu'il parle néerlandais ou français, le salarié n'a qu'un souci, avoir du travailet les moyens de faire vivre sa famille. Le rentier se préoccupe aussi assez secondairement de la langue. Son souci est d'avoir la meilleure rentabilité.

La Wallonie socialiste voit arriver des salariés néerlandophones et la Flandre libérale accueille les fortunes francophones.

Celle de l'argent roi méprisant les gagne petits, tout ce qui coûte de l'argent.

Une telle mentalité pose question quand elle prédomine ainsi dans le fonctionnement d'un pays. A se demander si l'euthanasie n'est pas une mesure d'économies. N'est-ce pas le moyen de se débarasser des vieux par ce qu'ils coûtent cher, finalement ? On légalise. On donne l'apparence du droit et la légitimité de la loi à des comportements que la morale réprouve.

L'autre inconvénient de l'affaire Fortis est de donner une image dissuassive de la Belgique en matière d'affaires. Il est à craindre qye les investisseurs y réfléchiront à deux fois avant d'investir, à l'avenir. Et là, c'est l'emploi et l'économie belges qui sont en cause, pas seulement une banque. Même la plus grosse.

On l'oublie, mais la déconfiture de Fortis est 100% belge. C'était déjà du "stand alone".

Quant au débat, Monsieur Prot n'est que l'acheteur. Ce n'est pas lui qui a mis en vente. Le vendeur - affirmant sa volonté de le faire - semble donc le plus indiqué pour répondre aux actionnaires dans le débat. Mais - comme relevé au début - il n'est pas très fair-play de l'inviter au dernier moment, dans l'ignorance des détails de l'alternative proposée. C'est vrai - aussi - qu'il n'a pas été lui-même très ouvert à la discussion. Un particularisme belge de plus qui veut que tout doive se passer au tribunal.

Alors à quoi bon un débat ? Pourquoi Maître Modrikammen et Déminor n'exposent pas clairement dans la presse leurs arguments ? Ce devrait être ce qu'ils vont faire s'ils ne reçoivent pas de réponse à leur invitation et que leur alternative est sérieuse.

Wait and see.

Les commentaires sont fermés.