Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/03/2009

Penser avec l'Afrique à son avenir, à notre avenir.

Samedi 4 avril 2009
de 10 h à 19 h (fin des travaux) ou 21 h (fin du buffet)
au Centre des Congrès de Reims

FORUM POUR UN NOUVEAU PARTENARIAT
ENTRE LEUROPE ET LAFRIQUE FRANCOPHONE

Organisé par l'IRIMEP

Site

Commentaires

Peut-être que cette information vous intéressera.

Condamnation et Réhabilitation de Galilée.

ERREUR-VÉRITÉ.

La grande question qui se posait à l'époque de Galilée était : "Quel astre tourne autour de l'autre ? Le soleil autour de la terre ou la terre autour du soleil" ?

En affirmant la rotation de la terre autour du soleil, Galilée se trouvait en contradiction avec les scientifiques, les philosophes, l'Église et la Bible qui, tous, soutenaient la thèse contraire.

Or, dans mon étude "Entre Galilée et l'Eglise : la Bible", je démontre que Galilée était en accord avec les Textes originaux hébreux et grecs, mais en désaccord avec leurs traductions. En d'autres termes, si les versions de la Bible avaient été fidèles aux Textes originaux, Galilée n'aurait pas été condamné pour avoir "tenu et cru une doctrine fausse et contraire aux saintes Écritures".

Par cette étude, j'œuvre pour obtenir la réhabilitation officielle de Galilée et la mise en conformité des traductions de la Bible avec leurs Textes originaux qui, en aucun cas, ne peuvent être tenus pour responsables de la condamnation du savant.

http://monsite.orange.fr/erreur.verite
http://monsite.orange.fr/autoedition.meguila

L'hebdomadaire "Le Point.fr" a fait paraître un article à partir d'une déclaration de l'archevêque Gianfranco Ravasi. Vous pouvez en prendre connaissance sur :
Google et en faisant une recherche avec les mots : "Joël Col" Galilee
Je joins également l'article à ce courriel.

Galilée n'est plus le bienvenu au Vatican
dimanche 1 février | 20:40
Nous apprenons, par votre article, que le Vatican a abandonné l'idée d'accueillir une statue de Galilée dans l'enceinte du petit État pontifical. Cette nouvelle décision, même si elle peut apparaître surprenante, n'a, à mes yeux, que peu d'importance : Le point capital étant la réhabilitation du savant.

Et, nous lisons aussi que Galilée aurait été réhabilité au XXème siècle. Je me suis déjà exprimé sur le sujet et, pour éviter toute redite, je renvoie vos lecteurs à votre article "Le Vatican veut rééditer les actes du procès de Galilée" du 25 novembre 2008. Précisons encore que le cardinal Paul Poupard, à l'occasion du discours du Pape Jean-Paul II à l'Académie pontificale du 31 octobre 1992, déclarait 'qu'il ne s'agissait pas de réviser un procès". Et, dans Les Échos week-end des 10 et 11 janvier 2003, Jean-Claude Hazera, rédacteur en chef, rapportait une réflexion de ce même cardinal, tenue en mai 2002 devant un parterre de scientifiques réunis à l'École Nationale Supérieure des Techniques Avancées (Ensta) : "C'est une affaire interminable qui ne sera jamais terminée et ne peut s'effacer de l'imaginaire. Jean-Claude Hazera ajoute : "L'Église... n'a pas révisé le procès, ni "réhabilité" celui que le pape qualifie de "physicien de génie", ce que déplore l'historien Michel-Pierre Lerner, qui débattait avec le cardinal à l'Ensta. C'est une des nombreuses complexités de l'affaire..."
Ce n'est donc pas en érigeant une statue dans les jardins du Vatican, ou en déclarant que le procès de Galilée "avait été une erreur" (sans explication biblique du motif de sa condamnation) et que "ce fut une erreur d'avoir voulu empêcher la légitime autonomie de la science", que l'on parviendra à mettre un terme à cette Affaire Galilée.
En conclusion, dans mon ouvrage "Entre Galilée et l'Église : la Bible", par une étude sémantique approfondie, je démontre que Galilée était en accord avec les Textes originaux de la Bible, mais en désaccord avec leurs traductions. En d'autres termes, si ces traductions avaient été fidèles à leurs Textes d'origine :
. Galilée n'aurait pas été injustement condamné par l'Église,
. la Bible n'aurait pas encouru le discrédit dont elle souffre encore aujourd'hui.
Ce n'est qu'en reconnaissant cette évidence et en corrigeant les erreurs de traduction des Versions que l'on parviendra à réhabiliter officiellement Galilée et qu'on lui rendra, ainsi, l'honneur qui lui revient au cours de cette Année 2009. Voilà le but que je me suis proposé, en entreprenant cette étude, but que je poursuis également à l'occasion de mes diverses conférences en français et en anglais. Toute correspondance peut être adressée à : autoedition.meguila@wanadoo.fr

Joël Col

Réponse au commentaire :

Votre démarche est intéressante.

Elle peut être nuancée par des informations en ligne sur les sites officiels et dans les médias.

Benoît XVI : "Galilée voyait la nature comme un livre dont l'auteur est Dieu de la même manière que l'Ecriture a Dieu pour auteur."
http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/speeches/2008/october/documents/hf_ben-xvi_spe_20081031_academy-sciences_fr.html

Galilée a été proposée comme "patron" du dialogue entre la foi et la science
http://news.catholique.org/22373-galilee-propose-comme-patron-du-dialogue

Le rapport de l'Eglise avec la science a été fructueux :
http://www.zenit.org/article-15288?l=french

L'article du journaliste Patrice de Plunkett propose une synthèse de l'affaire Galilée :
http://plunkett.hautetfort.com/archive/2009/05/01/13-mai-sortie-du-film-%E2%80%98anges-demons-tire-d-un-polar-occultis.html

Les actes du procès de Galilée sont commentés en ligne ici :
http://asv.vatican.va/fr/doc/1616.htm

Une recension du débat posé par la condamnation de Galilée se trouve sur le site du Vatican :

"Le 31 octobre 1992, à peine rentré de Saint-Domingue, je devais pré-senter au Saint-Père le compte-rendu des travaux de la Commission pontificale d'études de la controverse ptoléméo-copernicienne aux XVIe- XVIIe siècles, qu'il avait érigée onze ans auparavant. Elle avait été constituée en quatre groupes de travail, avec pour responsables: S.E. le Cardinal Martini pour la section exégétique, moi-même pour la section culturelle, le prof. Chagas et le P. Coyne pour la section scientifique et épistémologique, le regretté Mgr Maccarrone pour les questions historiques et juridiques.

Devant les membres du Sacré Collège, de l'Académie Pontificale des Sciences, du Corps diplomatique et de la Curie Romaine, je rendais compte au Saint-Père de la recherche interdisciplinaire entreprise par la Commission sur les rapports difficiles de Galilée avec l'Eglise et sur la complexité de ce cas.

Le Saint-Père a bien voulu exprimer sa profonde satisfaction et sa vive gratitude à la Commission Galilée pour avoir définitivement projeté toute la lumière nécessaire sur cette malheureuse affaire, aux conséquences négatives si durables. Et il a conclu: "A l'avenir, on ne pourra pas ne pas tenir compte des conclusions de la Commission". Cet acte exceptionnel du Saint-Siège a reçu un accueil extrêmement positif dans le monde de la culture et singulièrement les milieux scientifiques. Et, à la demande d'un éditeur parisien, je viens de terminer un ouvrage qui en développe les enseignements, sous le titre: Après Galilée, Science et Foi: nouveau dialogue. Le livre s'articule en trois parties: Une déjà longue histoire, avec la présentation renouvelée des deux textes de Galilée et de Bellarmin, au coeur du conflit entre l'astronomie nouvelle et l'Ecriture Sainte; De la cosmologie aux sciences du vivant, avec un riche apport interdisciplinaire de Moscou, Oxford, Lyon, et l'observatoire astronomique du Vatican; et enfin, les Nouvelles perspectives ouvertes par les nouveaux rapports entre Science, Culture et Théologie, analysés en trois contributions significatives venues d'Espagne, France et Italie."

http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/cultr/documents/rc_pc_cultr_01061994_doc_ii-1994-doc_en.html

En espérant que vous ayez été sensible au sujet de la note sur laquelle vous avez choisi de déposer un commentaire à propos de Galilée, soyez remercié pour votre attention et votre intérêt.

Écrit par : Joël Col | 05/06/2009

Tous mes remerciements pour avoir répondu à mon article et de l’avoir publié sur votre site.
Comme suite à mon commentaire précédent, vous faites état de plusieurs sources qui ont traité de cette Affaire Galilée. Dans mon ouvrage, je cite d’autres tentatives d’explications qui aussi auraient voulu mettre un terme à cette douloureuse Affaire. Mais que constatons-nous ? Avec tous les arguments avancés jusqu’à ce jour, Galilée n’a toujours pas été réhabilité. Pourquoi donc ?...
Si l’on veut réhabiliter un condamné, il est impératif de revenir sur le motif de sa condamnation et de démontrer quelle a été l’erreur judiciaire. Voilà, clairement exposé, le but de mon ouvrage.
Par cette étude, j’œuvre donc pour obtenir la réhabilitation officielle de Galilée et aussi celle de la Bible : ses Textes originaux n’ayant jamais affirmé la rotation du soleil autour de la terre.
À votre disposition pour aller plus loin dans nos échanges.
Bien cordialement,

Joël Col

Réponse au commentaire :

Merci à vous pour votre attention. Il semble que le caractère un peu trop rigide de Galilée ait participé à ses déboires. Il jouissait de la protection du pape. Il n'a pas voulu tenir compte de ses recommandations. Galilée a été condamné de sa persistance à ne pas écouter les conseils.

Écrit par : Joël Col | 15/06/2009

Merci pour ces échanges. Nous pourrions peut-être conclure en rappelant un court extrait de la condamnation de Galilée du 22 juin 1633.

Joël Col

"Nous prononçons, jugeons et déclarons que toi, Galilée, tu t'es rendu véhémentement suspect d'hérésie... comme ayant cru et soutenu une doctrine fausse et contraire aux saintes et divines Écritures, à savoir que le soleil est le centre de l'univers, qu'il ne se meut pas d'orient en occident, que la terre se meut et n'est pas le centre du monde."
Une dizaine de jours plus tard, Galilée prononça, agenouillé, dans l'église Santa Maria sopra Minerva de Rome, la formule d'abjuration qui commençait ainsi: " Moi, Galilée, à la soixante-dixième année de mon âge, constitué personnellement en justice et ayant devant les yeux les saints Évangiles que je touche de mes propres mains d'un cœur et d'une foi sincères, j'abjure, je maudis et je déteste l'erreur, l'hérésie du mouvement de la terre." ...

Écrit par : Joël Col | 23/06/2009

Les commentaires sont fermés.