Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/03/2009

French letters

Kouchner.JPGL'association médiatique du pape et de l'Afrique conduit systématiquement à la même antienne obsessionnelle. La célébration de Gide et une lecture sélective de son oeuvre résument les lettres françaises à un préservatif. La presse française est bien plus timorée à propos des droits de l'homme. Elle n'a pas beaucoup réagi à l'aveu de Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères :« Je pense que j’ai eu tort de demander un secrétariat d’Etat aux droits de l’homme. C’est une erreur. Car il y a contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France » *. Le ministre se faisait-il le porte parole de la cellule africaine à l'Elysée ? Le viol des droits de l'homme semble donc être considéré comme une fatalité et l'essentiel serait d'être protégé en le faisant. La préoccupation du Quai d'Orsay sur le préservatif en Afrique devient plus compréhensible.


paris_dakar_dessin.jpgLes morts du Paris-Dakar soulevaient bien moins d'émotion, comme la question de l'action militaire française au Rwanda. A croire qu'un Africain n'existe aux yeux du Quai d'Orsay que s'il met un préservatif. La sincérité des cris d'orffraie est douteuse quand elle semble bien plus attachée à défendre une conception hédoniste de la société qu'à promouvoir une poltique de santé à la hauteur du défi posé par le Sida en Afrique.

Il y a du mépris pour les malades de réduire une situation sanitaire à un préservatif. Cela revient à occulter l'ampleur du problème et de ses causes qui sont : la misère, la destruction du tissu social traditionnel engendré par la globalisation, le manque d'infrastructures modernes et adaptées (école hopitaux) dont les ressources sont détournées par la corruption, les guerres entretenues par les trafics d'armes ("Entre 1990 et 2005, 23 pays africains ont perdu à eux tous une somme estimée à 284 milliards de dollars suite à des conflits armés alimentés par des transferts de munitions et d'armes") sans parler du saccage et de la destruction de l'environnement pour l'intérêt des multanionales ...

French letter.jpgA croire que l'obsession du préservatif est culturelle. L'Eglise orthodoxe pense également que ce n'est pas une réponse suffisante à la hauteur des problèmes de l'Afrique qui durent et s'amplifient, et dont le Sida n'est qu'une des conséquences dramatiques. C'est se moquer de l'opinion et déplacer le débat. Le Quai d'Orsay serait mieux inspiré de réclamer avec la même énergie une amélioration du sort de l'Afrique livrée à la rapacité. Ce raisonnement rencontre beaucoup moins de succès.

jean-marie_bockel_secretaire_d_etat_charge_de_la_cooperation_et_de_la_francophonie.jpgLa remise en cause des pratiques la "Françafrique" a valu à Jean Marie Bockel d'être changé de portefeuille. L'indignation du quai d'Orsay sonne faux. Elle résonne d'une condéscendance atavique (1). Les promoteurs de la colonisation furent les mêmes que ceux qui ont promu la laïcité et voté la loi de 1905. Jules Ferry a lancé devant les députés : «Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures» (28 juillet 1885).

 

arton12.jpg

Résumer le sida en Afrique au préservatif ne témoigne pas d'une grande considération pour les Africains. C'est se donner bonne conscience à peu de frais. La France s'intéresse au sida comme elle s'émeut de la persécution des chrétiens dans le monde. C'est pourtant un membre permanent du conseil de sécurité à l'ONU, un des cinq "gendarmes" du Monde. L'absence de commentaire sur son action politique visant à encourager les multinationales de la pharmacie à fournir à l'Afrique des traitements abordables pour soigner les malades du Sida donne le sentiment qu'elle n'a pas d'autres approches que le latex.

Jacques Remiller.jpgL'honnêteté intellectuelle commande de restituer les propos (lire ici ce que le pape a dit) (2). Jacques Remiller, un député français a senti la nécessité de faire une mise au point. Il y a un évident problème de compréhension au ministère français. Soit le niveau de recrutement aux affaires étrangères y est très bas, soit c'est de la mauvaise foi. Ce ne serait pas le première fois.

Il serait temps de respecter les Africains et les laisser penser par eux-mêmes. Leurs prélats expriment un point de vue étonnamment négligé par les médias (3). Force est de constater que l'occident est sourd aux malheurs de l'Afrique - à commencer par la rétribution inéquitable de l'exploitation de ses ressources - dont la seule réponse est de lui mettre un préservatif... L'Eglise a une théologie du corps bien plus évoluée et respectueuse des gens.

SOSfaim2.jpgLe discours du pape responsabilisant les Africains ne peut donc que déplaire à tous ceux qui ont l'habitude de les exploiter en entretenant la corruption et la guerre pour les spolier.

Pendant que Total ou Areva (4) exploitent le continent noir et que d'autres bonnes volontés contribuent à maintenir le statu quo de la Françafrique, des missions, des frères et des soeurs oeuvrent tous les jours avec peu de moyens pour maintenir un peu d'espoir et de justice. C'est une réalité en comparaison de laquelle doit paraître bien fade le discours de quelques bonnes consciences sur le préservatif.

nb : L'Etre Persienne est heureuses de vous indiquer une note nettement plus développée et argumentée se trouvant sur le blog de Koz, intitulée "Benoît XVI, les capotes sont cuites".

nb' : les étudiants en journalsime et communication peuvent trouver sur le blog du journaliste Patrice de Plunkett un exercice pratique sur le traitement de l'information.

(1) La Belgique (cf. Edmund Dene Morel), comme la Grande Bretagne, ne sont pas en reste. Le reportage d'Albert Londres "Terre d'ébène" et l'affaire Toqué-Gaud à l'origine de la dernière expédition de Savorgnan de Brazza sont à connaître. Un tel comportement n'était pas particulier aux Africains (Cf. Au bagne, Dante n'avait rien vuChez les fous). L'Eglise a choisi la repentance et d'autres préfèrent le latex.

(2) La Libre Belgique se réfère à La Croix pour porter une appréciation sur ce texte. La Croix n'est pas la Bible, et il est fréquent à Rome de relever dans ses colonnes des affirmations qui s'écartaient assez de ce qui peut s'y voir ou s'entendre sur place. Il paraît excessif de considérer un journal "catholique" quand sa rédaction malmène le dogme.

(3) Yaoundé (Cameroun) - Agence I.MEDIA - 18 mars 2009 Sida/Préservatif : De haut prélats africains invitent l’Occident à ne pas imposer sa façon de voir les choses.

Le cardinal archevêque de Dakar, Mgr Théodore-Adrien Sarr : « Je demande aux Occidentaux de ne pas nous imposer leur unique et seule façon de voir. Dans des pays comme les nôtres, l’abstinence et la fidélité sont des valeurs qui sont encore vécues. Avec leur promotion, nous contribuons à la prévention contre le sida ». « Nous ne pouvons pas promouvoir l’utilisation du préservatif, a-t-il poursuivi, mais prêcher les valeurs morales qui, pour nous, demeurent valables, afin d’aider nos populations à se prémunir du sida : l’abstinence et la fidélité ».

Mgr Simon Ntamwana, archevêque de Gitega au Burundi, a déploré « le glissement de pensée » de l’Occident et son « hédonisme sexuel devenu comme un chemin incontournable ». « Ce n’est pas le préservatif, a-t-il soutenu, qui va diminuer le nombre d’infections du sida, mais certainement une discipline que chacun doit s’imposer pour pouvoir changer d’attitude, une attitude qui va l’aider à échapper à un hédonisme qu’il ne peut plus contrôler ».

L’archevêque de Kinshasa (RDC), Mgr Laurent Monsengwo, a expliqué que le préservatif « aggrave le problème car il donne une fausse sécurité, une sécurité qui n’en est pas toujours une ».

(4) Lire en défense l'intervivew donnée par Fodé Sylla http://www.afrik.com/article12651.html

Les commentaires sont fermés.