Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/01/2009

Richard Dawkins et le darwinisme social

Darwin.jpgRichard Dawkins est l'auteur d'un ouvrage déjà évoqué sur l'Etre Persienne (ici). La promotion de son ouvrage "En finir avec Dieu" ne s'est pas embarassée des inspirations profondes de son auteur maintenant ses "deux millions de lecteurs" dans l'ignorance des enjeux et de leurs conséquences.

Jean François Gautier rappelle la filiation intellectuelle existant entre Richard Dawkins et le darwinisme social dans Spectacle du Monde de janvier 2009.


darwinisme social.jpgLa théorie darwinienne a donné naissance au darwinisme social, contemporain de Charles Darwin, dont on célèbre cette année le bicentenaire de sa naissance (12-2-1809) et les 150 ans de la publication de "De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle" (24-11-1859). Le darwinisme social est initié par Herbert Spencer avec ses "Premiers principes de philosophie" (1862) dans lesquels il expose que la société évolue vers une cohérence par la confrontation et l'assimilation des différents groupes qui la composent.

enfant travail.jpgUn cousin de Darwin, Francis Galton, s'est emparé de l'idée de Spencer pour promouvoir la sélection des meilleurs (Herediraty Genius 1869), considérant que la charité entretenant les plus faibles contrariait la sélection naturelle (1). Galton inventait ainsi l'eugénisme que développa Karl Pearson avec la biométrie. Jean François Gautier précise : " Il ne s'agit pas de sujet secondaires dans la société britannique victorienne, industrielle et coloniale, mais bien de discussions publiques trouvant applications dans les clubs d'influence, très fermés, dans les grandes écoles élitistes (Gresham'a, Harrow, Eton), et dans les principes de gestion de l'empire, tant en Inde qu'en Afrique, avec ses hiérarchies qualitatives de populations. A quoi s'ajoute le développement d'une psychiatrie clinique décrivant les faiblesses d'esprit héréditaires, dangereuses pour le patrimoine d'une société, et dont la littérature criminelle anglaise fait ses choux gras, avec succès ". (2)

Le darwinisme social a connu un succès international, en Allemagne (Ernst Haeckel) comme en France (Georges Vacher de Lapouge) malgré l'opposition de l'eugénisme à la vision de Darwin exposée dans Filiation humaine (1871).

Jeune_mineur.jpgJean François Gautier expose alors que "les derniers tenants de de cette attitude, les entomologistes nord américains Edward Wilson et britannique Richard Dawkins, intiateurs du courant dit sociobiologique (3) se réclament d'un darwinisme strict. Ils tiennent eux-mêmes d'une longue tradition américaine, représentée entre autres par Charles Davenport (1880-1944), prônant tout à la fois la stérilisation des activistes et la généralisation du libéralisme économique comme meilleure expression des conditions de sélection naturelle. Ce courant dominant sur la côte est des Etats-Unis chez les Wasp (White anglo saxon protestants), héritiers de pères fondateurs, s'est toujours dit opposé à la généralisation de la sécurité socialeet s'est affirmé partisan de la peine de mort, dans des discussions qui sont encore d'actualité aux Etats-Unis."

Où se trouve la nocuité de Dieu quand elle est dénoncée par des personnes qui se revendiquent d'une telle filiation intellectuelle ? Le lecteur s'interrogera aussi sur le sens critique de ceux qui en font la promotion ou en prennent la défense. Lénine parlait d'idiots utiles. Robert Paxton les identifie comme responsables de l'avènement du totalitarisme dans son dernier ouvrage "Le fascisme en action".

La théorie de l'évolution est critiquée par des scientifiques, comme la paléontologue Anne Dambricourt-Malassé qui affirme ne pas y croire en constatant que "trop d'espèces, même isolées, se maintiennent à l'identique depuis des millions d'années". Le coelacanthe en est un exemple.

(1) Sur le rôle de la charité, écouter sur le site de Canal Académie Laurence Fontaine présentant son dernier ouvrage "L’économie morale : Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle", éditions Gallimard, 2008

(2) Cf. La théorie du criminel né développée par Cesare Lombroso, Enrico Ferri,

(3) L'appelation rappelle celle d' "anthroposociologie" de Georges Vacher de Lapouge.

Les commentaires sont fermés.