Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2009

Légion d'honneur

marie-eve_malouine.jpgTrois femmes ont refusé d'être décorée de la légion d'honneur. Trois sur quelques wagons d'impétrants : cela ne fait pas une légion. Elles montrent l'importance de l'inertie. En tous les cas, ce sont 100% de femmes qui sauvent l'honneur. Réflexions sur l'adddiction aux apparences...

françois _fressoz.jpg

legion honneur.jpgRelativement à la Légion d'Honneur : "Celui qui demande la croix a l'air de dire : Si l'on ne me décore pas pour avoir fait mon devoir, je ne recommencerai plus. Si un homme a du mérite, à quoi bon le décorer ? S'il n'en a pas, on peut le décorer, parce que cela lui donnera un lustre. Consentir à être décoré, c'est reconnaître à l'État ou au prince le droit de vous juger, de vous illustrer, et caetera."

Baudelaire2.jpgLes persifflages de Baudelaire sont peut-être dictés par le ressentiment de n'avoir jamais été décoré de la légion d'honneur.

La postérité a cependant bien mieux retenu sa mémoire que celle des bataillons d'anonymes qui s'aligent dans les pages du journal officiel, faisant alors office d'éphéméride de la prétention. Il en existe d'autres bien plus coûteux.

La fatuité est éphémère.

harold et maude.jpg





La légion d'honneur est un ordre de chevalerie.  Le premier grade est chevalier. Il est paradoxal de voir une république perpétuer une tradition aristocratique qu'elle s'enorgueillit pourtant d'avoir aboli. La contradiction témoigne de son mobile : l'envie. L'ambivalence du sentiment conduit à singer ce que l'on hait ; jusqu'au phénomène de cour.  La copie vaut rarement l'original. Il est plus facile d'imiter les défauts que les vertus. "Le mauvais goût s'apprend" (Harold et Maud).

L'histoire des décorations montre d'amusantes coïncidences entre l'Ancien Régime et la république. L'actuelle légion d'honneur et son ruban rouge ressemblent beaucoup à l'Ordre de saint Louis et le l'Ordre du mérite national et son ruban bleu à l'Ordre du saint Esprit. La république est inspirée.

Maurice Audin.jpgUne décoration témoigne d'un certain conformisme, une marque d'allégence, une soumission à l'autorité, une absence d'originalité voir un manque de personnalité. Le refus passe alors pour un acte de résistance à la résignation, à la normalisation. Michèle Audin a refusé la Légion d'honneur devant l'abstention de l'Elysée à expliquer la disparition de son père, Maurice Audin, lors de la guerre d'Algérie (1) (AFP). Encore une femme.

Bouvard et Pecuchet.jpgL'histoire montre qu'il y a eu bien plus de légions d'honneur que de Baudelaire : "Un fonctionnaire quelconque, un ministre, un directeur de théâtre ou de journal, peuvent être quelquefois des êtres estimables ; mais ils ne sont jamais divins. Ce sont des personnes sans personnalité, des êtres sans originalité, nés pour la fonction, c'est-à-dire pour la domesticité publique." Les décorations ne sont pas un indicateur de génie, plutôt un accessoire de la comédie humaine.

Le refus d'une soumission implicite à l'inertie du système, que les décorations symbolisent, semble être à l'origine de la réaction de Marie Eve Malouine, Françoise Fressoz et Michèle Audin.

les caprices du roi soleil.JPGL'importance des décorations dans une société pose la question de la maturité de ses membres. L'estime de soi-même est le seul "honneur" qui vaille. Il relève de la conscience de chacun. Il paraît alors erroné de faire croire que celle-ci puisse s'apprécier par le truchement des autres. C'est une incitation à l'abandon du libre-arbitre.

Les deux journalistes et la mathématicienne, rappellant Sartre refusant la décoration et le prix nobel, ont de nombreux prédécesseurs illustres.

Vianney.jpgL'article "Légion d'honneur" de Wikipédia en donne quelques-uns : Le Curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney ; Jean Victor Marie Moreau ; les collaborateurs du Canard enchaîné (Pierre Scize, journaliste, sera renvoyé du journal en 1933 pour l’avoir acceptée) ;  le dramaturge Népomucène Lemercier ; La Fayette ; le poète Jean-François Ducis ; Gérard de Nerval ; Nadar ; George Sand ; Honoré Daumier ; Littré ; Gustave Courbet ; Guy de Maupassant ; Maurice Ravel ; Pierre et Marie Curie ; Claude Monet ; Georges Bernanos ; Eugène Le RoySimone de Beauvoir ; Albert Camus ; Antoine Pinay ; Brigitte Bardot ; Catherine Deneuve ; Claudia Cardinale ; Hector Berlioz, ; Jacques Prévert ; Georges Brassens ; Léo Ferré ; Geneviève de Fontenay ; Bernard Clavel ; Philippe Séguin ; Marcel Aymé ; René Iché ; Aragon ; Edmond Maire ; Jean Louis Debré (Quid)...

noam-chomsky.jpgNoam Chomsky (2) concluait ainsi une interview : " Loin de s'être « effondré », l'anarchisme, la pensée libertaire, se porte très bien. Il est à la source de nombreux progrès réels. Des formes d'oppression et d'injustice qui étaient à peine reconnues, et encore moins combattues, ne sont plus admises. C'est une réussite, une avancée pour l'ensemble du genre humain, pas un échec. "

L'affirmation de l'indépendance d'esprit des trois femmes est une forme de progrès intellectuel encore trop rare aujourd'hui. Il n'est que plus courageux. Preuve qu'un pays progresse grâce aux femmes et qu'elles y méritent une place importante.

Le mot de la fin revient à Iago : " l'honneur est une essence qui ne se voit pas ; beaucoup semblent l'avoir qui ne l'ont plus. " OTHELLO, Acte IV scène 1

(1) La question de la torture durant la guerre d'Algérie :
Le comportement du FLN vis-à-vis des autres mouvements indépendantistes :

(2) Une des analyses critiques de Noam Chomsky :

Commentaires

Excusez moi, mais que voulez vous dire par là ?

Impétrant : personne ou organisme public ou privé bénéficiant, à titre de concessionnaire ou de permissionnaire ou de permissionnaire de voirie, d’une autorisation de l’autorité gestionnaire de la voirie en vue d’établir dans, sur, en dessous ou au-dessus de celle-ci, un équipement sous forme d’emplacement réservé, d’emprise en sous-sol, aérienne ou sur le sol, pour le placement de câbles, de canalisations, pour la transmission d’énergie ou de signaux, ou pour tout autre équipement d’utilité publique
(ex : société d’électricité, de téléphone, de gaz, de télédistribution).


Réponse au commentaire :

Merci pour votre attention. Votre dictionnaire ne semble pas être le plus approprié. Vous trouverez dans le Trésor de la langue française, accessible en ligne ( http://atilf.atilf.fr/tlf.htm ), des définitions moins limitées à la technique de voirie :

IMPÉTRANT, -ANTE, subst.
- Celui (celle) qui a obtenu de l'autorité compétente ce qu'il (elle) avait sollicité (charge, titre, privilège). Il adressa au pape une supplique pro apostasia (...) le pape lui octroya gratis (...) la composition des bulles d'absolution. Il n'en coûta à l'impétrant que l'expédition (A. FRANCE, Rabelais, 1909, p. 108). Une fois l'impétrante relevée et embrassée par la princesse, celle-ci se rasseyait, se remettait à sa patience (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 455).
- En partic. Celui (celle) qui a obtenu un diplôme universitaire. Un certificat constatant que l'impétrant est digne, par sa moralité, de se livrer à l'enseignement (Recueil textes hist., 1833, p. 205). Les certificats d'aptitude relatifs au second examen, signés par le doyen, sont transmis au recteur de l'académie, qui, par délégation du ministre de l'Éducation Nationale, les ratifie et les délivre aux impétrants (Encyclop. éduc., 1960, p. 213).
- P. plaisant. Ledit autobus était complet, plus que complet même, oserai-je dire, car le receveur avait pris en surcharge plusieurs impétrants (QUENEAU, Exerc. style, 1947, p. 43).

Écrit par : qu'est-ce à dire ? | 13/01/2009

Les commentaires sont fermés.