Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/12/2008

Noël, Nativité, Vie, Famille et Amour

nativite.jpgCette fête chrétienne rappelle l'importance de l'amour famillial rassemblant enfants, parents et amis. Bergers et rois mages montrent que tout le monde y est invité. Symboliquement placée par l'Eglise au solstice d'hiver, Noël fait le lien entre l'enfantement et la renaissance du cycle de la nature, la Loi naturelle. La célébration de la venue du Christ et de la Sainte famille s'adresse à tous au delà des croyances et des considérations commerciales, pour être avant tout un moment de partage et d'espérance, un grand moment d'amour.


michel_ange_sainte_famille.jpgNoël est une fête de famille, la fête de la Famille. Elle permet d'apprécier la chaleur familliale, celle du foyer, traduisant l'importance de la Vie, de l'Amour. Il s'agit des motifs essentiels du discours de l'Eglise qui la conduisent à sensibiliser chacun sur les conséquences d'une société où l'humain devient interchangeable, jetable, consommable ; ce qu'insinue insidieusement - et malheureusement - le discours dominant, la recherche du confort matériel immédiat, promouvant le divorce, l'avortement et l'euthanasie.

Il est réducteur d'interpréter les positions de l'Eglise comme un interdit. C'est un appel à la responsabilité face au renoncement et l'abandon que caractérisent le divorce, l'avortement et l'euthanasie.

mariage.jpgL'engagement du mariage conduit à fonder une famille. Il lie les parents entre eux mais aussi et avant tout envers les enfants qui naîtront. Quelqu'en soient les aménagements matériels, un divorce est une rupture de cet engagement. Les parents trahissent l'amour des enfants alors qu'ils devraient leur témoigner de l'effort et de l'attention, en se réconciliant, en se pardonnant. Le divorce est une désertion des parents, par lequel ils se renient. C'est cela que les enfants voient, relégués au second plan avec les considérations alimentaires, dans la fuite du ou des parents.

phallocrate.jpgL'avortement n'est pas une conquête de la liberté "sexuelle" des femmes quand il a pour pour effet principal d'entretenir les hommes dans l'irresponsabilité génitale, la lâcheté à fuir la paternité. Suprême imposture, l'avortement est présenté aux femmes comme un progrès alors qu'il favorise la persistance d'un comportement phallocrate sous l'apparence d'un progrès social ! L'avortement est mysogyne en maintenant la femme dans sa soumission sexuelle. Le témoignage de Benôite Groult sur ses auto avortements dans ses mémoires "Mon évasion" montre l'étendue du dédain de l'homme à l'égard de la femme.

L'euthanasie est l'ultime débat de cette mentalité qui prospère par le mépris de l'amour. Mépris de l'amour que l'on doit à ses enfants, et qu'on ignore dans le divorce ; que l'on doit à la femme qu'on dédaigne en l'abandonnant à elle-même en la laissant avorter. L'euthanasie pousse ce mépris de l'amour jusque dans la détestation de soi, qui mène imanquablement à celle des autres.

Aimer est ambitieux. Il demande du courage, des sacrifices. La lâcheté, la paresse, le refus de l'effort engendrent le gaspillage, la pollution, la spéculation, les crises. Il est utile de s'interroger sur l'émergence  coïncidente de ces faits de société et des débats de société que sont le divorce, l'avortement et l'euthanasie.

La religion ne jette pas l'anathème. Il n'y a pas d'exclusion, comme le prouve la vie de saint Augustin. Elle permet à chacun d'espérer par l'effet de la Grâce. Elle invite à réfléchir. Etre mécréant n'est pas une fatalité. Le Christ affirme être venu pour le pêcheur, pas pour le juste (Matthieu 9-9/13).

madone raphael.jpgNoël - moment de partage, de communion, d'amour - invite donc à penser à ceux qui souffrent. L'accumulation de biens ne suffit pas à réjouir le coeur de l'homme. L'illusion de la satisfaction matérielle conduit à l'impasse de la misère affective. Les peines de coeur sont bien plus dures à guérir que les misères matérielles. Il est illusoire de prétendre construire un monde meilleur en favorisant le désespoir. C'est à ce problème essentiel que la religion invite à réfléchir et pour apporter une réponse.

Joyeux Noël.

Les commentaires sont fermés.