Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/12/2008

Chantal Delsol

Delsol.jpgLa philosophe Chantal Delsol explique qu'elle préfère un grand coeur à un grand esprit, que transmettre n'est pas seulement instruire mais aussi apprendre un art de vivre, vivre avec les autres.


A propos de son dernier ouvrage "Qu'est-ce que l'homme ? Cours familier d'anthropologie" (Editions du Cerf 2008), Chantal Delsol, récemment reçue à l'académie des sciences morales et politiques de Paris a répondu à une interview parue dans le mensuel français Spectacle du Monde du mois de décembre 2008.

Elle explique que : "L'excellence dans la culture n'est pas l'excellence dans la civilisation. On trouve beaucoup d'esprits savants, compétents et diplomés qui sont en même temps des malappris, voire des infirmes affectifs. Transmettre, ce n'est pas seulement instruire, mais apprendre un art de vivre - de vivre avec les autres -, ce qui est beaucoup plus difficile et incertain. La plus grande humanisation se trouve, à mon avis, dans l'excellence de l'art de vivre, l'excellence de la compétence n'étant qu'un appendice toujours insuffisant. Je préfère un grand coeur à un grand esprit. Cependant, les grands esprits sont légions, Saint Germain-des-prés par exemple en est plein, tandis qu'un grand coeur est une pépite rare."

"Je suis libérale au sens de l'ordolibéralisme qui respecte la subsidiarité, laquelle, on l'oublie souvent, inclut un double principe : pas d'ingérence si les autonomies sont suffisantes ; ingérence si elles deviennent insuffisantes (...) je suis partisan de l'aide de l'Etat à condition qu'elle soit temporaie et ne vise qu'à restaurer les autonomies défaillantes."

L'Etat a un rôle de bornage, comme en témoigne l'importance de la justice et la sensibilité de l'opinion à sa défaillance ou son impéritie. Il ne se limite pas à l'émancipation des "autonomies", parce qu'il n'existe pas d'égalité parfaite concrètement, même si tous les hommes sont égaux en dignité. L'opposition entre la réalité et l'aspiration naturelle des consciences  crée le sentiment d'injustice selon "le coeur" et "l'art de vivre". Lacordaire l'a résumé en disant qu' "Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit."  Il a montré l'importance du rôle d'arbitre de l'Etat dans la confrontation entre les apparences et la conscience sociale.

"Pour échapper à l'universalisme utopique et au relativisme différentialiste (*, **), il faut considérer l'uiversel comme un idéla et non comme une réalité à instaurer concrètement. Nous croyons à l'universel par ce que nous considérons que les hommes appartiennent tous à la même espèce et sont tous également dignes par essence.  Mais nous ne pouvons pas vouloir instaurer l'universel, par exemple en imposant nos régimes politiques, nos coutumes, nos modes de pensée à tous les peuples de la Terre. Nous pouvons tendre ves l'universel, mais nous ne pouvons pas gommer la diversité qui est constiutive de la condition humaine, parce qu'elle signifie que les réponses aux questions essentielles sont toujours incertaines, donc légitimement multiples. C'est l'humilité de la pensée qui devrait nous écarter de l'universalisme triomphant qui est aujourd'hui le péché des Européens."

Ce passage amène à s'interroger sur la survivance de "coutumes" dans la culture occidentale moderne, et la part de la "culture "dans un mode de société technicienne, industrielle. La vision de l'universel de chacun répond souvent à l'attente de ses propres égoïsmes. Chaque colonisateur, chaque puissance développe sa conception de l'universalité selon ses besoins et les intrérêts des groupes qui l'animent. Il ne semble pas que l'Europe soit celle qui témoigne le plus de rapacité dans la captation des richesses, même si elle n'est pas un exemple en ce domaine.

Commentaires

Merci pour les larges extraits qui me font découvrir cette philosophe humaniste.

L'art de vivre, la transmission: ce sont de vraies questions pour notre temps.

Réponse au commentaire :

Pour plus d'informations encore, vous pouvez consulter le lien suivant

http://www.canalacademie.com/Chantal-Delsol-Qu-est-ce-que-l.html

Écrit par : Tania | 13/12/2008

je suis très intéressé par la théologie politique. Où puis-je acquérir une formation en la matière?

Merci et meilleurs voeux

Réponse au commentaire :

Merci pour votre attention,

Vous pouvez trouver un début d'information dans la note rédigée sur le sujet :

http://sartorius.blogs.lalibre.be/archive/2008/12/15/theologie-politique.html#more

Des noms d'auteurs sont en lien avec les établissements où ils enseignent.

La lecture de l'ouvrage de Denis Sureau fait une bonne présentation du sujet et donne des indications sur les enseignants qui l'abordent. Ils sont principalement anglo-saxons. Pour le moment.

Meilleurs voeux également.

Écrit par : Ferdinand | 26/12/2008

Les commentaires sont fermés.