Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/10/2008

Fly as an eagle or scratch as a chicken

impasse.jpgLes USA tentent de réamorcer leur pompe à finances en baissant leur taux directeur à 1 point. L'enthousiasme est général. Tout le monde ne peut que s'en féliciter.  Et pourtant.  Ce signe peut autant traduire une persévérance à foncer dans l'impasse, au risque d'un suicide économique, que celui d'une relance véritable et solide de l'économie mondiale. La prudence est la mère des vertus. Quelques réfexions en attendant le sommet du G20 à San Paolo.


L'argent moins cher favorise l'investissement par l'endettement tout en rendant les pays offrant de meilleurs taux plus attractifs. Les USA sont surendettés (12 000 milliards de dollars) par une économie reposant essentiellement sur la consommation. La satisfaction des bourses asiatiques voient dans la baisse du taux directeur la promesse d'une reprise de leurs exportations.

Eagle.jpgL'augmentation de la consommation et des taux bas, encourageant les capitaux à s'investir sur des marchés plus intéressants, signifient que la relance risque de s'oppérer artificiellement par la création de monnaie. Ce mouvement paradoxal des fllux financiers peut provoquer - à la fois  - l'inflation et la dépréciation du dollar, seule vértable richesse des USA. Un taux à 1% ne laisse plus beaucoup de marge de manoeuvre.

La confusion US entre croissance et endettement montre qu'ils refusent de comprendre la crise actuelle. Ils feignent d'ignorer le passé et n'hésitent pas à jouer aujourd'hui - dans leur seul intérêt - la globalisation du risque après avoir promu le marché global. Ils scient la branche sur laquelle ils se reposent, sans se soucier d'un revers de fortune, de l'effet boomerang. Leur pragmatisme peut se retourner contre eux.

chicken.jpgLes principaux producteurs sont engagés aujourd'hui dans un cercle vicieux où le vendeur est aussi le prêteur de deniers.  Les créanciers s'interrogeront tôt ou tard sur ce que leur coûte l'endettement US, d'autant qu'ils sont aussi leurs fournisseurs. Cette réflexion est peut être déjà commencée. L'investisseur raisonnable diversifie son risque. La crise des subprimes a déjà coûté 28 000 millards de dollars. Ils correspondent à la disparition de valeurs sur les places boursières. Les investissements dits "toxiques" sont évalués à 40 000 milliards.

mort-de-sardanapale-eugene-delacroix.JPGL'intérêt de tous - des pays émergents aux USA - est de réfléchir à la manière de réduire l'exposition au marché américain - risqué au fur et à mesure qu'il devient insolvable - de façon à inverser une logique néfaste pour tout le monde. Il est surprenant que la première économie du monde ne s'interroge pas plus sur son comportement, sorte de Sardapale économique.  La persévérance américaine dans l'illusion d'une croissance uniquement basée sur la consommation est inquiétante.

faillite.jpgLa santé d'une entreprise n'est pas son chiffre d'affaires mais son bénéfice. Les USA ne semblent pas s'inquiéter d'une poltique déficitaire menant à une cessation de paiement.

Le sommet du G20 à Sao Paulo le 8 et 9 novembre offre l'opportunité de poser le problème sur la table.  La sélection des membres sur de critères uniquement économique est regrettable, parce qu'elle laisse l'Afrique de côté, qui sera bientôt la première puissance démaographique du Monde. Le lecteur s'interrogera, à la lumière de ces réflexions, s'il est judicieux d'organiser un autre sommet du G20 à Washington le 15 novembre, dans la capitale du pays  dont le gouvernement et sa politique apparaissent assez clairement comme responsables de l'effondrement économique actuel. Les éventuelles avancées de Sao Paolo risquent d'être ainsi menacées.

We_feed_the World.jpgCe deuxième sommet du G20 pertmettra à l'opinion mondiale de voir si la raison est capable de l'emporter sur la cupidité. Les intérêts de chacun ne sont pas inconciliables. s'ils ont tous la sagesse de rétablir d'abord des bases saines. Le principal défaut des USA a été de ne jamais douter. Cela fait quelques années qu'ils se trompent mêmes s'ils disposent des plus belles intelligences en économie, et dans de nombreux autres domaines. Il est dommage qu'elles ne trouvent pas à être mieux entendues chez elles. Nul n'est prophète en son pays. (Matthieu 13,57). C'est d'autant plus dommage que l'intuition d'avoir passé le plus dur de la crise est difficilement réprimable - même si aucun élément objectif ne permet encore de l'affirmer - et qu'il est redevenu temps d'espérer.

Le bien de la fortune est un bien périssable;
Quand on bâtit sur elle on bâtit sur le sable.

Racan "Stances à Thirsis".

Illustrations :

http://martineprunier1956.spaces.live.com/blog/cns!4CEDEAF04D9DB7A0!1182.entry

http://yuwiefriendsonline.blogspot.com/2008/06/fly-like-eagle.html

http://thelittlechimpsociety.com/tag/pauline-poulet/

http://melancoliedestempsfuturs.wordpress.com/mesopotamie/la-mesopotamie-en-images-depinal/

http://prgyonne.blog.lemonde.fr/2007/02/

http://www.aves.asso.fr/spip.php?article472&lang=fr

Commentaires

L’indispensable RUPTURE avec L’EMPIRE FINANCIER
Par Jacques Cheminade

C’est le nouveau tract de Solidarité et Progrès pour comprendre l’enjeu du vrai ou du faux Nouveau Bretton Woods et pour que la France pese sur le sommet du G20, le 15 novembre 2008, à Washington

« Pourvu que nous nous ressaisissions, la grande crise mondiale peut être l’occasion de construire un monde meilleur. Elle peut aussi être ce qui va nous entraîner vers l’abîme. Nous sommes face à une échéance décisive : la grande réunion monétaire et financière des vingt principaux pays du monde, le 15 novembre. Le défi est ainsi lancé aux responsables politiques, mais nous savons tous qu’ils ne sont pas à la hauteur. Nous devons donc, nous autres citoyens, monter sur la scène de l’histoire. »

I- Les vérités qu’il faut dire
II- Un Nouveau Bretton Woods

Lire le tact dans son intégralité : http://solidariteetprogres.org/IMG/pdf/TRACT_2008_11_03_NBW_1_.pdf

« L’avantage des crises est qu’elles changent les règles du jeu. Il dépend de nous que ce ne soit pas pour le pire, mais pour le meilleur. »

David C.
http://david.cabas.over-blog.fr
leretourdusillon@gmail.com

Réponse au commentaire :

Les lecteurs qui ne connaissent pas Jacques Cheminade peuvent consulter Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cheminade

Merci pour votre commentaire.

Écrit par : David C. | 07/11/2008

Quand un grand journal reprend les infos d'un blog amateur

Écrit par : L'Expansion reprend les chiffres de l'Etre Persienne | 02/05/2010

Les commentaires sont fermés.