Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/10/2008

La Garde meurt mais ne se rend pas

rachida_dati.jpgBernard Delattre nous relate la descente en enfer de Rachida Dati, emblématique garde des Sceaux français incarnant l'intégration d'une France Black-Blanc-Beur. Son sort fait penser au sacrifice d'un bon petit soldat sacrifié sur la table des considérations stratégiques du haut état-major.


Rachida Dati ferait l'objet d'une "nouvelle" fronde ? C'est toujours la même. Le voltigeur Dati avait reçu pour mission, avec son camarade Hortefeux, d'incarner le retour sécuritaire dans la politique du régime Narkostyk.

soldat-ryan.jpgElle a rempli son ordre de mission, épargnant au navire amiral une partie des salves des mécontentements et des critiques que le régime français porte aux libertés et aux droits fondamentaux.

Il n'est pas nécessaire de prendre la défense de Madame Rachida Dati. Elle n'a pas brillé par son empathie et son parcours témoigne de sa capacité à se défendre. Rachida Dati se laissera sacrifier comme le petit Bara de la légende républicaine. Elle résistera courageusement en focalisant sur elle un mécontentement sélectif, de classe. Elle se sait abandonnée. C'est momentannée. C'est le contrat. Il ne faut pas sauver le soldat Rachida. C'est un fusible.

Turner-Trafalgar.jpgLe destroyer s'est bien battu. Il supporte aujourd'hui l'usure du combat. Il est temps de penser au radoub. La foule des résistants de la 25° heure sort du bois pour l'hallali (*), "comme un vol de gerfauts hors du charnier natal" (Heredia), car c'est d'eux que relève en premier la situation des personnes incarcérées. Qu'ont-ils attendus depuis des années pour la dénoncer ? Il est en effet surprenant de découvrir d'un coup l'émotion de tout le peuple de robes, stendhalien, rouge et noir confondus, urbi et orbi. Où étaient-ils donc tous ces gens au moment de l'affaire d'Outreau ? Leur préoccupation subite à garantir le citoyen pour l'avenir d'une dérive insupportable est surprenante  aux yeux de n'importe quelle conscience démocrate sincère.

sucide.jpgL'évocation soudaine des suicides en prison donne l'impression désagréable d'une instrumentalisation. Ce réflexe corporatiste est d'autant plus insupportable qu'il n'hésite pas à jouer du désespoir de prisonniers, d'hommes et de femmes privés de liberté, abandonnés souvent dehors comme dedans, à la violence et au désespoir. Circulez...

StVincent.JPGLes pénitents noirs, les visteurs de prison, les aumôniers, les médecins, les gardiens  savent qu'il y en a toujours eu, et qu'il y en aura toujours. La condition carcérale traduit le souci d'un pays à veiller au respect des droits de l'homme. Les suicides témoignent du niveau de mépris d'une société pour la personne humaine, qu'il s'agisse des condamnés comme de ceux qui sont chargés de les surveiller. Il faut rappeler qu'il n'y a pas que les prisonniers qui se suicident. Les collectivités n'y sont pas aussi sensibles qu'aux accidents de la route, par ce qu'un suicidé, sauf exception ou cas rare, ne coûte rien à la société.

Le Cri.jpgLe lecteur devant l'unanmité contre Rachida Dati - à dénoncer les conséquences néfastes de l'encombrement des prisons et des tribunaux - s'interrogera sur la sincérité des cris d'orfraie des gens de robe, qui, il y a quelques mois dénonçait paradoxalement le projet du même garde des Sceaux à désencombrer les cours et tribunaux, en transférant la charge des divorces (représentant au moins 60% des litiges) aux notaires ou aux officiers d'Etat civil. C'est un vieux projet chaque fois repoussé aux calendes grecques. Ce serait pourtant autant de magistrats affectés au suivi des incarcérations et des procédures menaçant la liberté des justiciables. Les avocats refusent au nom des garanties dûes au justiciable. Il est vrai, en considération d'éventuelles enquêtes de satisfaction, un prisonnier, qui se suicide, ne se plaint pas du mauvais fonctionnement du service public.

Gustave doré.jpgA écouter le front du refus des maîtres Diafoirus de la déjudiciarisation du divorce, ils laissent supposer les notaires moins compétents, sortis souvent de la même université. L'enseignement serait-il à revoir ? La réalisation de l'actif matrimonial est pourtant facilement envisageable sur le modèle des règles successorales, dont personne ne trouve rien à redire depuis 1804.

Le problème sera ensuite de trouver une aussi bonne excuse. pour le retard ou les délais.. Il est aussi pécunière, alimentaire, Watson.

Le divorce est une rente, "une vache à lait" en marketing. Les divorcés, comme les prisonniers, savent maintenant à qui s'en prendre d'attendre.

Macmahon.jpgMac Mahon prétendait que "Chaque soldat porte son bâton de Maréchal dans sa musette". Mère courage, ou grognard de la Garde, elle se bat - et se battra - en fixant plus sûrement la ligne d'horizon que le bout de ses souliers. Elle reviendra sûrement. On peut lui faire confiance. Elle a trouvé son briquet.

Marsupilami.jpgIl est certain qu'elle saura rebondir. La maternité lui fera même prendre conscience qu'il y a des choses essentielles dans la vie d'une femme que beaucoup d'hommes sont incapables de concevoir. Il n'y a rien de plus désagréables que ce lynchage qui suit l'adoration. Son enfant aura la chance, lui, d'avoir une mère de caractère.

Il semble devenu culotté d'exprimer de la lassitude au spectacle d'hommes se conduisant comme des "gonzesses ",  jaloux de la réussite d'une femme qui n'a pas besoin, elle, de passer un concours pour porter une robe.

maternite.jpgEn attendant l'accouchement, et la bonne nouvelle de la maternité, que proposent donc tous ces magistrats et ces avocats - empourprés d'une juste colère - pour réduire le nombre des suicides ? Apprendre à lire pour éviter les erreurs judiciaire par l'usage des copier-coller ? Le bovarysme judiciaire est insupportable au regard des conséquences dramatiques qu'il engendre, avec constance dans le mépris et le cynisme. Rachida Dati aura démissionné que les prisonniers continueront à se suicider dans l'indifférence.

La prison n'est jamais assez dure pour ceux qui n'ont jamais eu l'occasion d'en visiter une. Que personne n'hésite à le faire.

Le bourgeoisisme ne recule devant aucune contradiction. L'actualité propose encore aujourd'hui de vérifier sa confusion, son reniement, celui de quelques bouches pointues et gourmandes de la lutte antidiscriminatoire se gaussant discrètement, sous le manteau, de l'homosexualité de Jorg Haider - par ce qu'il est d'extrême droite, comme Rhöm et de nombreux autres - oublieux soudainement de leurs anathèmes contre l'homophobie., démontrant toute la superficialité de leur posture et de leur rhétorique. Un magistrat avait parlé du " bal des faux culs ". Vaste programme. Une histoire d'hommes... A coup sur.

Rachida s'en fout. Elle met les bouts.

Un prisonnier s'est pendu avec ses lacets, il y a quelques années, dans l'indifférence bureaucratique et statisticienne. Il existe des gens en prison ayant bien plus de coeur que certains de ceux qui veulent les enfermer. La rédaction de cet article a permis, le temps d'un instant, de s'en rappeler.

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.

Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d'ombre.

Oh ! qu'ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n'est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu'on nomme l'invisible ;

Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent :

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l'autre côté des tombeaux
Les yeux qu'on ferme voient encore.

Les yeux

René-François SULLY PRUDHOMME

Illustrations :

http://johannabou.skyrock.com/

http://www.svdpc.org/ytt/index.html

http://www.eleves.ens.fr/home/peyre/Anicet/perso/maternit...

http://mulot.free.fr/art/18%20-%20Munch%20-%20Le%20Cri-1-...

 

 

Les commentaires sont fermés.