Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/10/2008

Lettre à un ami d'islam

Iznogoud.jpgReproduction d'un texte où s'exprime la convergence de deux fois qu'on a tendance à opposer. Réponse à Monsieur Ibrahim.


"Merci Cher O... pour ta gentille lettre,

Excuses mois de ne t'avoir pas répondu plus tôt.

Je reste intéressé par l'islam.

Les rencontres intereligieuses m'ont permis de rencontrer différentes sensibilités de l'islam.

Le monde ne se divise pas entre croyants comme veulent nous le faire croire certains. La division du monde, si elle devait exister, se placerait plus subtilement - et à partir d'un certain niveau social - entre ceux qui croient en Dieu, d'une part, et ceux qui ne croient pas, d'autre part, chez qui le "business" s'est substitué à la religion.

Nos enfants nous accuseront.jpgLa problématique de "L'homme prométhéen" se pose en philosophie entre transcendance (matérialisme) et immanence (spiritualisme). Les grands systèmes politiques contemporains, du libéralisme économique américain au communisme chinois, sont issus du matérialisme. Le nazisme comme le communisme sont des avatars monstrueux d'un système de pensée plongeant ses racines dans les "guerres de religion"(1) et les "Lumières", le "matérialisme politique".

Illustration : Affiche du film nos enfants nous acusseront (Sortie le 5 novembre 2008)

La science a offert l'illusion de pouvoir exclure Dieu du coeur des hommes pour mieux les soumettre (positivisme et scientisme). Ils ont même cru déceler dans les mathématiques le fondement d'une religion (cf. Pythagore, Auguste Comte) comme si le plagiat pouvait remplacer l'orginal.

L'abus de raison a raison de la raison même. Robert Musil a évoqué "l'homme mathématique". Jacques Ellul (ex. : le système technicien 1977) s'était inquiété des inconvénients ou des limites d'une omnipotence technicienne ; s'inquiétant de ses conséquences quand elle n'est plus encadrée par la raison.

Dan Hind.jpgRabelais relevait au 16° siècle que  " Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Le changement climatique confirme aujourd'hui une évidence vieille de cinq siècles. L'homme moderne se veut cartésien mais il oublie que Descartes avait démontré l'existence de Dieu (3° méditation métaphysique).

C'est la contradiction fondamentale de notre époque qui n'a progressé que techniquement - et pas spirituellement - comme si la science voulait donner raison à Henri Laborit et son automobiliste du Néanderthal.


Uneveritequiderange.jpgLe changement climatique pose donc le défi à relever. Le vrai progrès est intellectuel et altruiste. Il reste à l'homme à apprendre à  mieux se conduire envers les autres. C'est un constat sur lequel s'entendent toutes les religions.

Illustration : Affiche du film Une vérité qui dérange

Le Monde est arrivé au seuil du déséquilibre spirituel, d'un manque de foi. Non pas à la base, touchée également, mais surtout à son sommet. La crise actuelle n'est pas un effondrement de valeurs mais l'expression d'une absence de valeur.

L'époque est au scandale ordinaire. Des gens honorables sont peu fréquentables.

L'homme a besoin d'équilibre, et la raison a besoin de la foi, comme le sang a besoin du coeur. C'est le débat qui me passionne. Mis à part Benoît XVI, toi et mon ami A..., ce genre de considérations n'intéresse pas grand monde que je connaisse.

Au plaisir de te lire, ou de te revoir,

Très amicalement,"

(1) Consécration du syndrome d'Iznogoud décrit par René Goscinny et se résumant par : "Etre calife à la place du calife". La religion n'a été qu'un prétexte pour mobiliser les foules à se battre, au profit d'intérêts particuliers contre les rois ou les empereurs. Le système démocratique s'est développé à partir de cette méprise. Des historiens ont appelé pardoxalement cette époque de massacres et de guerres civiles  les "Temps modernes". Orwellien ! Voir aussi http://www.herodote.net/histoire/recits_liste.php

Les commentaires sont fermés.