Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2008

L'Afrique et le fait divers

83b1424b08fc9c3b1a23112f7f221aaf.jpgL'exploitation médiatique d'un fait divers, encouragée par la propension des autorités judiciaires et politiques à le commenter, est surprenante au regard de leur silence à propos d'un dossier bien plus grave sur lequel elles auraient logiquement du se prononcer en priorité.


La ministre de la justice française déclare dans la Libre Belgique du jour page 5 : " que conformément à la loi qu'elle vient de faire adopter par l'assemblée nationale, une procédure judiciaire aurait lieu même si les médecins devaient juger le suspect pénalement irresponsable. "

af23c1527e8927f36394218c27070f7a.jpgElle n'a pas encore commenté en revanche la position de la France à propos du risque d'accusation de génocide par le Rwanda.

Une telle différence dans le traitement de la communication politique en souligne la superficialité. Cela témoigne également du peu d'estime dans lequel sont tenues les personnes à qui elle s'adresse.

Il paraîtrait dramatique pour les familles des victimes du Rwanda que le meurtre d'un enfant et la souffrance d'une famille, qu'elles comprennent pour l'avoir vécus elles-mêmes, éclipse une question de politique internationale en suspend depuis des années.

c6a2734bd994d6a6af8dd51d6f6108e2.jpgLa politique française en Afrique n'est pas transparente. Le secrétaire d'Etat aux affaires africaines, Monsieur Jean-Marie Bockel, a été évincé de son poste ministériel pour avoir eu l'audace de vouloir apporter un peu de clarté dans les pratiques de la "Françafrique".

Cela témoigne de la difficulté, en France même, et pour un ministre, d'aborder ce sujet sensible.

Le dossier en instance au Rwanda est intéressant sur ce point mais aussi parce qu'il a des répercussions directes sur la poltique de l'Europe, et en Europe.

La directive "Retour" - très soutenue par la France - prétendant vouloir apporter une réponse aux flux migratoires sans cesse grandissant, ne peut pas être abordée sans connaître les comportements des pays européens en Afrique - aux premiers rangs desquels se trouve la France - ni leurs conséquences poiltiques et humanitaires.

Il semble donc nécessaire que le débat sur le Rwanda soit abordé en profondeur et que la lumière soit faite sur les pratiques et les réseaux occidentaux en Afrique, leur coûts et leurs pratiques ; sachant que les Etats-Unis ne doivent pas être oubliés avec leur entrisme sous couvert d'évangélisateurs, de sectes ou d'ONG ni la Chine qui devient le principal investisseur en Afrique pour prêter sans garantie à des régimes comme le Zimbabwe ou le Soudan et possédant des richesses naturelles.

da74684cdd9d39739046fde1c3f9a570.jpgL'Afrique, présentée comme le berceau de l'humanité (La Rift Valley où furent découverts les ossements d'un des plus vieux hominidés : Lucy) ne peut pas être ignorée plus durablement ni méprisée par le silence ou l'indifférence. "Silence on tue" titrait le Monde Diplomatique à propos de Gaza. Le titre s'aplique aussi à toute, ou presque, l'Afrique : un milliard d'humains.

La vérité sur l'implication du gouvernement français dans le génocide au Rwanda connaîtra l'importance que les médias voudront bien lui témoigner.

 

Les articles publiés par la Libre Belgique sur les dossier français au Rwanda :

Un réquisitoire contre la France

A contre-courant du rapprochement

Commission indépendante

Paris dénonce des accusations inacceptables

Une commission d'enquête s'impose

Commentaire mesuré de Paris

Le génocide et la grandeur de la France

 

 

 

Les commentaires sont fermés.