Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/05/2008

BHV 2

97aa5e8564b2082ea07d192220c813cd.jpgUn extrait du forum ouvert par la Libre Belgique sur la question de BHV :

 

 

NdR : l'illustration de l'arrondissement Bruxelles Hal Vilvoorde a été trouvé sur le blog du Toucan rouge 



 
Réponse Ces vexations ont duré plus de cent ans! Hanne 10/05
Mais quoi, vous n'avez jamais lu un livre d'histoire? C'est justement suite à ces vexations de la part des francophones que les Flamands, qui entretemps ne sont plus la "pauvre campagne", mais une région prospère, demandent d'être considérés comme entité économique, culturelle etc. chacun son tour peut être? Si vous aimez les citations bibliques, je dirai OK, mais pas "oeil pour oeil, dent pour dent" Ceci est valable pour les deux parties!
Réagir

 

 
Réponse histoire et interprétation nicnac25 10/05
Je vous suggère d'en lire des livres d'histoire. Les francophone dont vous parlez ne sont pas les francophones d'aujourd'hui, ce ne sont pas les wallons ni les bruxellois. Il s'agissait de l'élite flamande. Celle-là même qui réclame l'indépendance de la Flandre et passe son temps a faire exactement la même chose qu'il y a un siècle : utiliser son pouvoir pour faire pression sur les plus faibles.
Réagir

 

 
Réponse C'est fortement caricaturé mais au fond c'est vrai L'Envers d'Anvers 10/05
C'est fortement caricaturé mais au fond c'est vrai. Plus d'un descendant des fransquillons d'autrefois sont aujourd'hui de redoutables autonomistes.


L'opposition évoquée entre Flamands et Wallons ne devrait-elle pas être appréciée à la lumière de la réconciliation franco-allemande et du lourd contentieux que ces deux pays ont réussi à surmonter ?

L'intensité dramatique de l'opposition nationaliste franco allemande à l'origine de deux guerres mondiales est sans commune mesure à celle qui sert de cause au débat sur la scission de l'arrondissement de BHV. C'est toutefois ce même repli identitaire duquel procéède ce débat.

Il faut cependant relever qu'à la différence de la question en suspesn à propos de BHV, ce sont les politiques (Adenauer et De Gaulle) qui ont été moteurs d'une réconciliation et qui ont su emporter la conviction de leurs opinions publiques respectives à dépasser un ressentiment réciproque reposant sur des millions de victimes et des soufffrances terribles.

Le forum ouvert sur la question de BHV semble traduire l'inverse. La division de l'opinion publique est entretenue par le politique. Elle ne partage pas cette opposition. L'extrait cité du forum amène à s'interroger sur la manipulations de certaines personnes de bonne foi par d'autres qui le seraient moins.

Quelque soit la langue que les gens parlent, ils n'aspirent à 95% (1) qu'à vivre tranquillement et en paix avec leurs voisins. Ils apprennent par eux-mêmes à communiquer ensemble. La sympathie aristotélicienne, "l'amitié" ou "la communication des consciences", fait que l'humain - être pensant - est curieux, et qu'il va naturellement vers l'autre. Si l'ignorance est une barrière entre les hommes, l'opposition ne naît pas de la nature de l'homme ; elle ne peut pas avoir une origine interne puisqu'il sont tous identiques comme le démontre la recherche sur l'ADN. L'origine de cette opposition a donc une cause externe. Ne viendrait-elle pas de considérations patrimoniales dont la "Nation" moderne n'est finalement qu'une sorte de consécration.

"Qui bono ?" lancerait Cicéron. La déclaration de Geert Wilders est-elle un début de réponse ?

(1) les 5% restant se répartissent équitablement dans différentes manières de détester son prochain. Ces 5% font l'actualité poltique. Ils pèsent donc directement sur les élections. Une minorité encore plus réduite, les "floating votes", les indécis qui changent d'avis au gré de leurs intérêts, confirment quant à eux la dimension patrimoniale prééminente de la politique.

07:00 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Belgique, politique

Commentaires

Un autre point sur la question :

http://blog.pickme.be/2008/05/14/bert-anciaux-parle-dor/#comments

ou encore :

http://michelkonen.blogs.lalibre.be/archive/2008/05/09/rupture.html#comments

Deux articles assez intéressants avec des interactions intelligentes pour la plupart des intervenants.

Réponse au commentaire :

On peut également lire l'article de l'auteur du commentaire sur son propre blog (en lien actif sous son nom).

Écrit par : Chaos Theory | 14/05/2008

J'aime beaucoup les trois interventions du forum LLB citées ici.
J'avais lu dans le Vif il y a quelques semaines un article de Jean-Marc Ferry, philosophe français installé en Belgique, qui disait à peu près la même chose: la brimade subie dans notre 'ancien temps' par les flamands serait plus le fait des fransquillons que des francophones wallons. Le besoin de reconnaissance et de pardon mutuel n'en est pas moins vif.

Le poids affectif de la crise actuelle est considérable et trop peu reconnu. Si nous l'ignorons, au profit d'une approche calculatrice dans les deux camps (tellement plus facile à médiatiser car le calcul ne connait pas les nuances infinies des sentiments), ce sera la confrontation violente un jour ou l'autre. Encore heureux si la casse se limite à des votes antagonistes 'sanglants' qui traduiraient la dérive actuelle.

La Belgique a longtemps démontré sa capacité au compromis, qui est le fruit d'une intelligence du coeur. Pourquoi n'y réussirions-nous pas cette fois-ci aussi. Certes, c'est de l'ordre du miracle, mais enfin, moi je suis prêt à y croire avec mes collègues néérlandophones.

Réponse au commentaire :

Merci. Vous avez raison de parler "d'intelligence du coeur". Une qualité des Belges est effectivement l'intelligence, la gentillesse. Ils ne sont pas les seuls à l'avoir, mais on sent tout de suite quand on se trouve dans un endroit où elle manque. Peut-on d'ailleurs parler d'intelligence sans coeur ? Il n'y a peut-être pas besoin de miracle. La bonne volonté suffira.

Écrit par : L'Atteindre | 16/05/2008

Les commentaires sont fermés.