Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/04/2008

Tibet, Sarkozy, Guizot & Bonino

0aa15d3aac770b555557652ee8e27b5c.jpgUne lectrice a gentiment laissé un commentaire à propos de la note sur le Tibet : " Je suis française, et je suis pour un boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin. Notre Président actuel, Nicolas Sarkozy, sera également Président de l'Union Européenne. Il faut faire pression pour qu'il n'assiste pas à la cérémonie d'ouverture,, et montrer ainsi à la Chine que c'est une communauté toute entière qui dénonce ses agissements. Plus nous serons nombreux à nous mobiliser, plus nous pouvons espérer nous faire entendre. c'est pour cette raison que j'ai créé cette pétition: http://www.petitionduweb.com/petition.php?petition=1464 N'hésitez pas à signer! "

L'initiative est méritante. Remarques.


b2db4183aa1720e7f9571b9c624ad7de.jpgLa banderolle déployée lors de la finale de football fait réfléchir quiconque habitant au Nord de Lens voudrait se risquer à exprimer un avis sur un sujet d'"Outre-Quiévrain". L'évènement incitera à la circonspection les quelques Wallons qui rèvent d'un rattachement à la France.

L'idée de la pétition est bonne. Il paraît cependant plus opportun de passer par une autre voie pour des raisons institutionnelles et des raisons politiques. 

La présence du président français à la cérémonie d'ouverture sera d'autant plus symbolique que la France préside l'Union européenne à compter du 1° juillet 2008 (présidence de l'union européenne). Le président de la république française ne semble pas le plus indiqué comme destinataire de la pétition.

5337af27382ac560da964e6727af5897.jpgLa proximité du chef d'Etat français avec les dirigeants économiques - intéressés dans le développement de la Chine - permet de douter qu'il soit l'interlocuteur le plus adéquat pour défendre le respect des plus démunis et des plus humbles livrés à la logique du marché, dont il s'est fait un porte parole. Son "Travaillez plus pour gagner plus" rappelle étrangement l'apostrophe prêtée à Guizot : "Enrichissez-vous". Cette histoire finit par une révolution.

Le communisme s'inspire du jacobinisme et de la révolution française. L'affirmation de l'unité nationale en France repose depuis la révolution sur la négation des particularismes de ses populations. Elle est similaire à l'argumentation politique des Chinois à propos du Tibet. Cette convergence à imposer un modèle national par la négation de l'altérité se concrétise, en France, par un ministère de l'intégration et de l'identité nationale. Il paraît donc difficile, dans ces conditons, de critiquer un autre pays qui méprise uen identité ou culture. Les Chinois sauront lui faire remarquer.

Le goût du président français pour les voyages et les cérémonies ne permettent pas d'envisager son absence à l'inauguration des jeux olympiques. La présence du couple présidentiel français à Pékin, les tergiversations sur le boycott associées à la médiatisation importante de sa vie privée, risquerait de réduire la cause des Tibétains à celle de "fashion victims". Cette nouvelle forme de normalisation passe par la presse people - où l'essentiel est d'être vu et permet de dire qu'on en a parlé. Cela ne peut que ravir n'importe quel gouvernement autoritaire.

Il faut également rappeler que le rejet par la France du traité constitutionnel en mai 2005 a ralenti le projet européen et a donc affaibli ou retardé l'affirmation de l'autorité diplomatique de l'Europe sur la scène internationnale. C'est autant d'influence en moins dans le débat actuel sur le Tibet. Ce que ne manqueront pas non plus de relever les Chinois.

Le président français peut réaffirmer un souci politique européen sincère de la France dans le projet européen en s'abstenant de se rendre en Chine. Il réaffiremera d'autant plus cet attachemetn en contribuant à développer le rôle du Parlement dans l'expression de la volonté européenne. Les députés européenns ont seuls une légitimité populaire au sein des institutions. La crise tibétaine est une opportunité pour l'Union européenne pour s'affirmer sur la scène internationale et s'émaciper politiquement des poids lourds qui la composent.

Le droit de pétition prévu à l'article 44 de la Charte des droits fondamentaux conduit à saisir les députés européens :" Tout citoyen ou toute citoyenne de l'Union ou toute personne physique ou morale résidant ou ayant son siège statutaire dans un Etat membre a le droit de pétition devant le Parlement européen ".

L'initiative apparteint au peuple. Les textes invitent les pétionnaires à relayer l'expression de leur volonté par la réprésentation parlementaire européenne. Ce moyen participe à l'affirmation de l'identité politique européenne l'asseyant sur une véritable légitimité populaire. Par un accueil favorable, un débat et un vote, les eurodéputés mobiliseront l'opinion sur l'importance des élections européennes et le rôle politique du Parlement. Ils enverront à l'exécutif européenn un message et témoigneront à l'opinion de son intérêt.

Le Parlement a déjà commencé à faire entendre sa différence. Il vient de voter un rapport critique sur la politique étrangère des membres de l'Union en dénonçant notamment le"soucis (de chacun) de faire prévaloir les intérêts nationaux". Ce rapport a été présenté par Monsieur Marco Cappoto et fait l'objet d'un article détaillé dans la Libre Belgique du jeudi 3 avril : " Union européenne - Droits de l'Homme : La non-violence comme fer de lance." La lecteur de cette article permet de comprendre la nécessité de trouver un interlocuteur efficace si on ne souhaite pas qu'une initiative méritoire se résume à une gesticultation. Ce député européen semble donc plus réceptif et mieux indiqué dans le débat sur la défense des droits de l'Homme. Il a un site et une adresse électronique.

Marco Cappato a été élu sur la liste d'Emma Bonino militant activement pour l'euthanasie. Le Parlement européen compte de nombreux autres députés.  Le Tibet appelle l'Europe au secours et lui offre ainsi l'opportunité de s'affirmer dans la politique mondiale si les citoyens européens - ce que sont tous les ressortissants des pays membres de l'Union - acquièrent le réflexe de solliciter sa réprésentation parlementaire pour l'encourager à faire entendre sa voix.

La Chine et son allié objectif - la finance occidentale - mépriseront moins les droits et la dignité des gens quand ces derniers - où qu'ils se trouvent - prendront conscience qu'ils sont les consommateurs servant de prétexte à leur propre exploitation. L'émergence et l'affirmation d'une exigence éthique dans l'acte d'achat comme l'émancipation aux "bonnes affaires" feront bien plus progresser la cause de la défense des droits de l'homme que n'importe quel homme politique. Victor Hugo appelait à ouvrir des écoles pour fermer des prisons. L'époque ne commande-t-elle pas de fermer des supermarchés - ou sa télé - pour ouvrir les portes des prisons ?

La démarche d'organiser une pétition reste louable et une bonne surprise peut toujours venir de la tête de l'Etat français. En dernier ressort, il suffit de garder son poste éteint. In medio stat virtus.

Les commentaires sont fermés.