Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2008

Europa : wie man etwas so schrecklich bauen kann ?

402fb113a52ae60eb8cf96a2b48a5564.jpgIl est à la mode de parler d'écologie et l'environnement est un sujet qui préoccupe officiellement l'Europe. Monsieur Stavros Dimas est le commissaire européen chargé de la question. On a du mal cependant à percevoir la sincérité d'un tel souci quand on se promène dans le quartier des institutions européennes à Bruxelles, même quand il faisait beau comme samedi dernier.


Des quartiers bétonnés et déserts le week-end. Rien pour donner de la vie, pas de commerce. Que des bureaux. Même dans le nouveau complexe qui s'élève entre la place du Luxembourg et le parc Léopold. Un décor à la Métropolis de Fritz Lang. Le progès du cinéma pouvait nous faire espérer un peu de couleur. Même pas. La couleur dominante retenue pour ce nouveau quartier est le gris y compris pour la vieille gare de la place du Luxembourg qui a échappé à la démolition. Toute grise, avec des pignons habillés de dalles préfabriquées. Mais où sont passés les Verts ? Les bleus, les oranges, les rouges, les mauves, les pastels...

Une rue piétonne se trouve au milieu des annexes du parlement européen. C'est désert, pas d'herbe, pas un oiseau dans les trois arbres rachitiques plantés dans leurs bacs, seule témoignage biologique très dicret. Les dalles des murs répondent aux dalles du sol dans un écho ininterrompu jusqu'aux passerelles fermées qui enjambent la rue pour passer d'un mur froid à un autre, comme un drain entre deux bras anémiés. Un sentiment d'inhumanité naît de cette accumulation fonctionnelle, du praktisch, du kitsch et finalement une impression de toc. Un peu plus loin une verrière, la nouvelle gare. Pas de vie, pas d'âme. Un frigo en béton, une fabrique à dépressifs. L'effet d'une prison sans barreau. Esprits fragiles, prenez vos cachets, il n'y a pas de pharmacie dans cette longue rue piétonne sans commerce, sans perspective. Vite, fuir, sortir. L'effet de ce chantier et l'emprise de ces constructions dans Bruxelles en rappellent d'autres, à Bucarest. Les Roumains se sont débarassés de Ceaucescu et l'Union a du récupérer ses architectes. Des régimes beaucoup moins démocratiques ont réalisé des choses bien moins vilaines.

L'Europe pourrait commencer par se soucier de l'environnement de Bruxelles avant d'aller donner des leçons aux Africians sur la préservation du leur. Comment s'étonner ensuite d'un manque d'adhésion. Il sufit de se perdre dans le quartier européen pour comprendre. Les fonctionnaires devraient être obligés à vivre dans les casernes qu'ils font construire. Ce serait un bon moyen de les aider à réfléchir, d'éveiller chez eux le goût du beau.

Les commentaires sont fermés.