Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/01/2008

Jérôme Kerviel

f0c80353319238b61ec1456b10955d75.jpgLa banque et la mer partagent un mot, la fortune. 

Combien de fois reçoit-on des pubs sur des placements à un taux nettement supérieur que la croissance ? Il faut bien que la rétribution sorte de quelque part. Personne ne s'interoge et chacun s'informe ou se rend aux réunions d'information sur les produits bancaires ou les outils financiers comme à des réunions Tupperware.


Il n'y a pas de scandale quand un gestionnaire de portefeuille prend des risques et que cela rapporte énormément d'argent grâce à la spéculation sur des matières brutes, des indices, des indices d'indices, la raréfaction des produits de première nécessité, l'exploitation de la misère. Il n'y scandale que lorsque le gestionnaire rate son coup.

Jérôme Kerviel travaille depuis des années à la Société Générale. Ce qu'il fait n'est pas nouveau. D'ailleurs, que font les autres ? Est-il décent de s'étonner d'un dysfonctionnement qui n'en est donc plus un de par sa généralisation ? A quoi bon en appeler à la morale après l'avoir baffouée ? S'offusquer devient hypocrite. S'émouvoir que tout dysfonctionne sans jamais personne pour dénoncer l'inertie de la médiocrité.

Ami entends-tu  l'invité étaler sa science de la finance à l'apéritif en faisant frémir les convives sur sa maîtrise "calculée" du risque à acheter du vent et à construire sur du sable. Ces maîtres du Warrant et de toutes les subtilités de la spéculation qui encombrent les discussions pour signaler leur manque de culture. Des revues mettent cela à la portée du cadre moyen. On achète des promesses, on vend des dettes.

Jérôme Kerviel est le héros malheureux d'une kermesse héroîque de la finance, le soutier de la nef des fous de la spéculation.  C'était un anonyme. Il aurait du le rester. Ils sont des bataillons comme lui à fixer les taux et à scruter les analyses. Triste destin des poilus du chiffre qui fixent la ligne bleue, rouge, verte, jaune, violette... les taux se ressèrent.

Il n'y a que des Tartuffe ou les exclus de la finance pour s'étonner.

Les 50% de Français qui gagnent le SMIC retiendront que ce jeune homme gagnait 100 000 euros par an. La Société Générale veut nous faire croire à son incompétence. A ce prix-là, peu de gens refusent de l'être et s'interrogent sur le salaire d'un employé compétent dans une banque. Ceux qui payent des agios, des abonnements de carte bleue, des packages, des frais de retrait, coûts de gestion de comptes titres, d'assurance vie s'en inquiéteront.

Gageons que la Société Générale expliquera comment elle paye ceux qu'elle juge compétents et rassurera ses clients en leur disant qu'il n'y en pas de trop.

Ce genre d'actualité permet aux "riches" (1) d'effleurer un bref instant l'angoisse de la misère. Il ne faut pas souhaiter leur perte, seulement qu'un peu plus de raison vienne les inspirer chaqu jour. Les sociétés ont besoin de bonnes fortune pour donner du travail à tous ceux qui n'en ont pas.

Le Financial Times dénonce des comportements suspects au sein de la SG. Il est étonnant de devoir lire la presse anglo saxonne pour savoir ce qui se passe en France.

Il y a une certitude. Jérôme Kerviel s'est rendu à sa convocation de police. Il s'est comporté honnêtement.

Si la nature fait que la mer connaît des vagues, la finance les fuit. Elle n'aime pas le large et préfère la berge. Onde et rives.

(1) Vaste sujet. Beaucoup le sont qui l'ignorent, autant le font croire sans l'être, et bien d'autres se plaignent de leur impécuniosité qu'ils font subir

Les commentaires sont fermés.